Trahison, Disgrâce – Souvenir à la table

Aujourd’hui, dans ce nouveau Souvenir à la table, on va parler d’abattre ses amis pour des causes plus ou moins nobles !

Yeah !

Nous voici donc embarqués dans une autre saison de Constellations (j’en avais déjà parlé dans cet article là), plusieurs milliers d’années après la Grande Guerre Solarienne.

A la conquête de nouveaux mondes

Nous sommes dans un futur très lointain. L’humanité a colonisé les étoiles et s’est répandue dans plus d’un tiers de la Galaxie en utilisant une technologie extraterrestre provenant d’une race déchue : les Balises. A l’intérieur du réseau interconnecté de Balises, les mondes humains florissent sous la houlette du Consensus de l’Humanité, dirigé par les Maîtres Virtuels, les consciences digitalisées des plus grands héros et intellectuels du régime.

Le Consensus possède des valeurs très fortes et marquées : un athéisme absolu n’autorisant aucune religion, la soustraction des nouveaux-nés à leurs parents et leur placement dans les écoles du régime afin de permettre à tous d’être sur un pied d’égalité, le respect de la hiérarchie et de la séparation des tâches, le progrès scientifique comme moteur de la civilisation, un certain eugénisme…

S’étant emparé de tous les mondes à portée de Balises, le Consensus vise désormais l’extension de son territoire hors de ce réseau. A cette fin, une technologie expérimentale de voyage spatial est développée, permettant de propulser une poignée de vaisseaux hors de l’espace balisé. Un véritable projet de colonisation est monté. Trois vaisseaux arches, abritant chacun près de 3000 colons, ainsi qu’un vaisseau bâtisseur (chargé de construire de toute pièce une nouvelle Balise pour la relier au réseau déjà existant) sont apprêtés pour le Système Initiative 1, dont les relevés longue portée ont permis d’établir la présence d’une planète viable pour l’être humain.

La mission des membres du projet est simple. Les vaisseaux arches se poseront sur le monde Initiative 1A et commenceront à poser les bases des infrastructures nécessaires au développement de la civilisation humaine. Pendant ce temps, le vaisseau bâtisseur se lancera dans la construction de la Balise après avoir repéré une zone sans risque dans le système. La construction nécessitant environ deux ans de travaux, les colons seront laissés à eux-mêmes et dans l’impossibilité de communiquer avec les systèmes colonisés avant que la Balise ne soit raccordée et que les forces du Consensus puissent débarquer en masse sur leur nouvelle colonie.

Chaque colon embarqué sera affilié à l’une des cinq autorités chargés du bon déroulement de la mission : Les Techniciens (chargés de piloter les vaisseaux Arche et de construire la Balise), les Scientifiques (chargés de l’étude de la planète à coloniser), les Militaires (chargés de protéger les autres colons), les Travailleurs (chargés de la construction de la ville sur la planète et de la gestion de l’agriculture), et les Explorateurs (peu nombreux, chargés de l’exploration de la planète). Ces cinq groupes seront supervisés par les Guides, des dignitaires disposant de la pleine confiance des Maîtres Virtuels.

Un beau jour, les quatre vaisseaux décollent et se rendent vers le système Initiative 1. Mais absolument rien de ce qui était prévu dans le protocole ne se déroulera comme convenu… 

Après ce trèèèèèèèès long contexte, je vais maintenant introduire les PJ. Chacun d’entre eux appartient au groupe des Explorateurs. Au nombre de quatre, j’ai nommé : Luc Jordeas, joué par Arthur, un planétologue discret mais apprécié, Neil Ginzo, joué par Paul, un ancien soldat avec des troubles de la personnalité, Thales, joué par Nathan, un robot modèle Ego, sarcastique mais très doué avec une clé à molette, et Ethan Walker, joué par Romain, un ancien responsable de la sécurité politique du Consensus doté d’une loyauté sans faille envers les siens.

Les graines de la sédition

Le début de la mission est une véritable catastrophe. Les systèmes de détection longue portée du Consensus laissaient à désirer et n’ont pas repéré la nature très particulière de l’étoile du système. Cette dernière produit régulièrement des ondes IEM. Chaque arche en fait les frais. La première est tout simplement détruite. La deuxième se crashe sur Initiative 1A. La troisième, celle de nos PJ, a eu la « chance » d’être réveillée en avance à cause d’une faille de la sécurité.

Et pas n’importe quelle faille.

Le compartiment de stockage cryogénique des Guides a été saboté, et l’intégralité de ceux-ci ont passé l’arme à gauche pendant le voyage.

Finissant par réussir à se poser sur Initiative 1A, renommée en « Thor » à cause des nombreux éclairs qui zèbrent son atmosphère, nos colons sont privés de leurs leaders. Se met alors en place un conseil composé d’un représentant pour chacun des cinq autres groupes. C’est Ethan Walker qui représentera les Explorateurs à ce conseil. Parmi les autres représentants, le groupe se lie d’amitié avec celui des Techniciens, Roy, un brave gars, toujours prêt à aider et qui aura su poser l’arche sur la planète sans trop l’abîmer, un exploit alors que la moitié de ses systèmes ne répondaient plus.

Je vous passe pour cette fois les péripéties d’exploration auxquelles seront confrontés les PJ car ce n’est pas cela qui nous intéresse aujourd’hui ! 

Non, ce qui nous intéresse, ce sont les traîtres !!

De fil en aiguille, les PJ finissent par constater l’existence d’un groupuscule révolutionnaire infiltré parmi les colons. Ces « indépendantistes » comptaient sur le projet de colonisation pour s’affranchir définitivement du joug des Maîtres Virtuels et du Consensus. Ils sont de tout ordre : intellectuels pro-libertaires, religieux, républicains, individus souhaitant élever leurs enfants eux-mêmes, extrémistes dérangés, militaires déçus de la politique du Consensus… Ce sont eux qui ont saboté les modules des Guides, et à terme ils espèrent neutraliser le vaisseau bâtisseur pour l’empêcher d’ériger une nouvelle Balise.

C’est une chasse à l’espion qui se met en place. Nos PJ ne peuvent compter sur personne car chacun pourrait être un traître indépendantiste. Ils finissent par mettre la main sur des documents cryptés et les confient à Roy, le seul qui aura su s’attirer leur confiance.

Un geste inéluctable…

Une réunion du conseil des cinqs est formée pour une raison qui m’est sortie de l’esprit. Ethan Walker, en tant que représentant des Explorateurs, s’y rend sans poser de question. Thales et Neil Ginzo, qui ont mis au point un système pour espionner ces réunions, se dirigent vers leur cabine pour ne pas en rater une miette, comme à leur habitude. Ils apprennent en début de réunion que Roy, trop occupé par son travail, a décidé de s’abstenir de participer.

Le seul PJ libre, parfaitement disponible à ce moment-là, est Luc Jordeas. C’est lui qu’un Roy, tout excité, croise en premier dans les couloirs du vaisseau. Il l’informe qu’il vient de décoder le document. Les deux hommes se rendent dans les appartements de Roy, et ce dernier informe Luc que le document est une liste de noms. Probablement des indépendantistes qu’il sera alors facile de neutraliser. Il lui confie aussi avoir attendu qu’un Explorateur soit avec lui avant de l’ouvrir, le mérite de la récupération de cette liste leur étant due. 

Il se retourne alors pour ouvrir le document.

Et se retrouve percé de part en part d’un tir de pistolet atomique.

Luc Jordeas est né sur un petit monde de la bordure du Consensus. S’intéressant de près à la philosophie, il finit par se rapprocher de certaines mouvances qui l’amènent à devenir croyant. Le principe qu’il érige en tant que valeur primordiale, est le respect de la vie sous toutes ses formes. Il se marie en secret. Et sa femme tombe enceinte.

C’est l’arrachement de son enfant qui attend Luc s’il demeure sous le joug du Consensus. Cependant, l’initiative de colonisation est lancée, et avec l’aide de ses alliés Luc parvient à s’y faire intégrer en compagnie de sa femme. Ils comptent prendre un nouveau départ sur Thor, et élever eux-même leur enfant sur un monde libre… Mais la mouvance la plus extrême des indépendantistes agit avec précipitation et tue plus que de raison, attirant l’attention.

Lorsque Roy informe Luc de l’existence de cette liste, ce dernier pense immédiatement à sa femme, qui porte son enfant, dont le nom pourrait très bien s’y trouver. Alors que le Technicien se retourne, il prend conscience du poids soudain qui se trouve dans sa main. Un pistolet atomique. Qui n’a jamais vraiment servi… Le temps s’étire alors que tout se mélange dans sa tête.

Et c’est la première fois que Luc bafoue ses valeurs. En tirant dans le dos d’un ami fidèle.

Cette scène fut jouée avec Arthur en aparté. Le dilemme dura de longues minutes et le joueur en avait presque les larmes aux yeux. « Je me sens sale », m’a-t-il dit après avoir pris sa décision. Et alors que dans son esprit le cadavre de Roy était encore fumant, je lui demande de revenir s’asseoir à la table et de faire comme si de rien n’était auprès de ses camarades.

La trahison de Luc Jordeas sera l’un des événements les plus marquants de notre table de jeu. En plus d’être un acte terrible, elle s’avouera qui plus est inutile car ni Luc ni sa femme ne figuraient sur la liste (qui ne concernait qu’une faction d’indépendantistes au sein de plusieurs autres), chose qu’il apprend immédiatement après son horrible assassinat.

Je parlais dans mon dernier article des scènes qui gagnent à être jouées en aparté afin de préserver des secrets ou de créer du suspens. La mort de Roy fait partie de ces scènes dont la saveur n’aurait pas été la même en table complète (bien que je regrette de ne rien avoir filmé tant c’était intense…).

Luc Jordeas n’aura d’ailleurs pas droit à la rédemption. Son acte, une fois découvert (bien plus tard dans la campagne), lui attirera l’ire d’Ethan Walker et de Thales, particulièrement proches de Roy. Thales finira par avoir entre ses mains le destin de l’indépendance et la réduira en miettes, et Ethan par abattre son ancien camarade en sacrifiant sa propre vie. La dernière image que verra Luc Jordeas avant de pousser son dernier soupir sera celle de la flotte du Consensus entrant en masse dans l’espace aérien de Thor…

La trahison, dusse-t-elle être pour une bonne cause, a un prix. Et lors de cette campagne, c’est tout le groupe de personnages qui le paya.

Ecriture : Vincent Chenudet

Relecture : Arthur Aumonier, Nathan Florent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.