Assaut nocturne – Souvenir à la table

On change de perspective dans ce nouveau Souvenir à la table avec aujourd’hui une histoire que j’ai vécu, une fois n’est pas coutume, dans la peau d’un PJ ! Le glorieux MJ à nous avoir fait jouer cette aventure était Nathan, et j’en profite pour le remercier pour ces bons moments !

Les 7 samouraïs

Commençons comme d’habitude par le contexte. Nous jouions à la Légende des Cinq Anneaux (4e édition, on en reparlera forcément un jour tant j’ai mal vécu son système à base de milliers de lancés de dés cumulables par action, mais passons pour le moment). Sur les terres de Rokugan, l’Empire d’Emeraude regroupe un certain nombre de Clans plus ou moins rivaux et essaie de les faire cohabiter contre les multiples menaces extérieures et intérieures qui pourraient lui nuire. 

Nous incarnions des samouraïs ou des moines, chacun affilié à une Famille d’un des différents Clans, tous délégués sous la gouvernance du Seigneur Yasuki du Clan du Crabe à cause d’un édit impérial ordonnant le placement de samouraïs de divers horizons au service de certaines Familles, et ce dans le but de resserrer les liens entre les diverses factions de l’Empire.

Laurent jouait Mahima Soshi, un samouraï d’une simplicité trompeuse, fier membre du Clan du Scorpion (disons simplement qu’ils ont, pour les mieux informés, la réputation d’être de sales traîtres vicelards). Paul incarnait Hogo Yasuki, un guerrier de basse naissance ignorant tout des codes sociaux (le Bushido) qui s’est hissé jusqu’au rang de samouraï à la force de son sabre. Vincent jouait Kukaï Togashi, un vieux moine irrespectueux mais pourvu d’une grande sagesse. Enfin, je jouais Ashiro Kakita, un duelliste bien plus coutumier des usages de la cour que de ceux des grands chemins. Nous étions accompagnés de trois PNJ : Akodo, un noble et respectable guerrier, Shiba, une combattante versée dans la traque des sorciers, et Tsuruchi, une archère espiègle.

Le fil de la campagne était le suivant : notre seigneur (imposé) nous avait confié une missive à remettre à un autre seigneur à l’autre bout du pays. Au cours de notre voyage – fort long – nous fûmes confrontés à nombre de péripéties. En voici l’une d’elles.

Une affaire d’honneur

Notre groupe fort honorable a besoin de faire escale dans un petit village isolé en pleine forêt. Après un accueil bien tiède de la part de la Famille régnant sur le village (des vassaux de notre seigneur, issus du même Clan, que le devoir et la coutume auraient dû pousser à nous dérouler le tapis rouge), nous constatons la présence troublante d’une étrange créature dans la forêt. Cette dernière a effrayé nombre de curieux, mais ce serait mal connaître notre troupe de fiers-à-bras que de penser qu’elle pourrait nous déloger ! 

En guise de première nuit, nous voilà donc à courir dans tous les sens et arpenter la forêt à la poursuite de cette créature, qui s’avère tout à fait insaisissable. Le matin, une étrange maladie s’empare des membres de notre groupe et affaiblit nos sens, sans que nous ne soyons capables pour le moment d’en déceler la cause. Les locaux tentent de nous dissuader de chasser la créature et nous invitent plutôt à ne pas abuser de leur hospitalité… Mais le mystère est trop épais, et si la créature représente un danger pour les vassaux de notre seigneur, il est de notre devoir de la débusquer !

La nuit suivante cependant, un surprenant incident survient. Shiba et Tsuruchi, les deux femmes de notre groupe qui dormaient dans une chambre à part, disparaissent. Au petit matin nous parvenons à suivre la piste de Shiba, que nous retrouvons cachée, gravement blessée et évanouie. 

En revenant enquêter au village, Mahima Soshi et Kukaï Togashi décèlent la présence subtile sur nos oreillers d’un poison léger, à-même d’engourdir les sens. Nulle maladie ne nous a frappé, nous avons été victime de traîtrise… Décidant de feindre l’ignorance dans un premier temps, nous poursuivons nos investigations en regardant d’un nouvel œil les habitants de ce village. En étant attentif, nous parvenons à déceler un sentier se perdant dans les bois. Un sentier que nous suivons et qui nous mène à un vieux temple abandonné.

Nous pénétrons à l’intérieur et, plongés dans la pénombre, nous remarquons la présence de plusieurs blocs de pierre carrés, surmontés de pierres rondes plus petites.

En nous approchant, nous constatons avec effroi qu’il ne s’agit pas de pierres rondes.

Mais de têtes.

Celles des vassaux de notre seigneur, reconnaissables à leurs traits communs, et celle de Tsuruchi.

Omae wa mō shinde iru

C’est la rage qui s’empare de nos personnages. Comment ces bouseux ont-ils osé tuer leurs seigneurs, en usurper l’identité et faire la peau d’un membre de notre équipe ?! Empli de ressentiment, nous préparons un habile plan de bataille pour revenir prendre le village par la force le lendemain. Nous offrons une sépulture décente aux victimes décapitées par ces barbares et plantons un campement à l’extérieur du temple.

De nuit, nous nous relayons au poste de guet, deux par deux, afin de pouvoir réagir prestement si jamais nous venions à subir un assaut. Mais la nuit s’avère fort calme pour nos personnages, et au petit matin notre troupe est sur le pied de guerre !

Nous entrons dans le village, armes à la main. Seul un grand silence nous y attend. Personne dans les rues. En pénétrant dans la demeure qui nous avait accueilli, nous tombons sur les corps sans vie de certains villageois. Nous fouillons toute la zone de fond en comble et constatons avec stupeur que tous les habitants du village semblent décédés d’un mal inexplicable. Nous trouvons en outre un déguisement hideux bien caché. Le secret de la fameuse créature qui effrayait les curieux nous est révélé…

Nous finissons par avoir l’idée de vérifier les réserves d’eau du village. Celles-ci étaient empoisonnées, de la nuit même, et c’est en s’y abreuvant que les habitants ont trouvé la mort…

Malgré nos efforts, impossible de trouver le responsable de cet acte, et nous quittons le village en nous interrogeant sur ce qui a bien pu s’y dérouler…

Du moins, nos personnages s’interrogent, car nous, joueurs, savons pertinemment ce qui s’est déroulé à la nuit tombée ! Et ce grâce aux préjugés claniques !

De tous les tours de gardes qui ont été menés, il en est un dont la version officielle diffère de la réalité… Lorsque le vieux moine Kukaï et le samouraï Mahima Soshi veillaient sur notre campement, ils se sont séparés. Kukaï s’en est allé méditer un peu plus loin dans la forêt, et Soshi en a profité pour s’approcher du village… Encouragé par ses bas instincts vicieux de membre du Clan du Scorpion, il a empoisonné les réserves d’eau des villageois et est revenu en sifflotant au campement avant la fin de la méditation de Kukaï.

Lorsque nous, joueurs, avons compris quel sale coup Laurent avait joué, nous étions abasourdis. Et lui, tout sourire, de nous affirmer « Mais voyons, je ne ferais jamais une telle chose, je suis un samouraï normal… » 😉

La preuve n’est plus à faire que certains secrets et certaines ressources cachées, habilement mises en scène, peuvent donner des séquences d’anthologie !

Ecriture : Vincent Chenudet

Relecture : Arthur Aumonier, Nathan Florent, Vincent Gaubert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.